Le vélo : un sujet consensuel ?

Acceuil Forums Café du village Le vélo : un sujet consensuel ?

Mots-clés : 

  • Ce sujet contient 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par Simon, le il y a 4 semaines.
Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #502
    Simon
    Participant

    Bonjour à tous,

    Comme nous avons pu le voir lors de la dernière campagne des élections municipales, tous les candidats étaient enclins à prôner le développement de la politique vélo. A première vue, il peut s’agir d’un sujet consensuel par excellence. Quel que soit le bord politique du candidat, il n’y a aucun risque électoral à se montrer en faveur du vélo.

    Cependant, il y a différentes orientations politiques pour développer la pratique du vélo. A l’heure actuelle, ce sont les personnes vivant et travaillant en ville qui peuvent l’utiliser le plus facilement. Autrement dit, le prolétaire reste souvent contraint d’utiliser sa voiture, la gentrification le poussant à habiter en périphérie d’une ville et où le travail se concentre dans celle-ci. Suite au covid, l’utilisation des transports en commun est en déclin. L’utilisation du vélo connaît un essor considérable. Qui est le méchant dans l’histoire ? Le prolétaire, qui arrêtera d’utiliser le bus pour davantage utiliser sa voiture pour aller travailler. Le bourgeois, lui, prendra davantage son vélo, même avec le développement des itinéraires cyclables qui permettront de lier les villages aux villes.

    Bien heureusement, est arrivé le formidable vélo à assistance électrique (VAE) ! Les collectivités territoriales aident les pauvres riches à acheter ou louer un VAE qui habiteraient un peu plus loin que leur lieu de travail. Il faut rappeler que ces batteries contiennent du lithium, qui provoquent des dégâts sanitaires par les eaux (notamment au Chili il me semble), mais aussi du cobalt, extrait souvent par des enfants (quand bien même officiellement ce n’est plus le cas. Par ailleurs, ces batteries sont le plus souvent produites en Chine, par des usines fonctionnant au charbon (allé un peu de CO2 !).

    Il semblerait que ces VAE remplacent plus souvent l’usage de la voiture que l’usage du vélo classique. ça peut sembler une bonne chose. Mais il y a par ailleurs tout un ensemble d’informations dont je ne dispose pas pour pouvoir comparer les nuisances environnementales, sociales et sanitaires entre un VAE et une voiture classique. Je n’ai donc pas d’avis tranché sur la plus-value ou non du VAE.

    Travaillant dans une collectivité territoriale en tant que chargé de la mobilité, j’ai apporté ces informations à mon élu qui se charge de la mobilité. Ce dernier n’en n’avait strictement rien à faire. Un gros blanc qui voulait dire : »c’est propre chez nous, ailleurs on s’en fout. »

    Ce qui m’attriste, c’est que la population, au-delà du fait d’être mise à l’écart des choix et actions politiques de ses élus locaux, n’est guère informée. C’est pourtant la base de la démocratie. L’information, qui mène à des échanges, à des débats, éventuellement à un consensus et dans le pire des cas à un vote.

    Je remets en cause mon propre métier, qui est vert uniquement sur l’étiquette. Je pense que les usagers cyclistes, et plus généralement le peuple, est le meilleur des techniciens et des politiques pour choisir son cadre de vie. Malheureusement, que ce soit au niveau local ou national, le pouvoir est à la technocratie et à la bureaucratie, toutes deux aux services de la bourgeoisie. En attendant, les collectivités sont en compétitivité entre elles, en voulant chacune être la plus « écolo », mais aussi celle qui ramène le plus de tourisme et/ou de travailleurs… Je caricature, mais à peine.

    Pour synthétiser, le problème est structurel : sans démocratie, et avec cette concentration de l’emploi (le plus souvent inutile voir néfaste) dans les villes, le tout au service du capital allant dans les mains de l’oligarchie, rien ne changera véritablement.

    Petite info bonus : nous bénéficions du dispositif CEE (Certificats d’Economie d’Energie). Le principe est le suivant. Comme pour l’isolation de nos maisons, les entreprises polluantes telles que TOTAL sont contraintes de financer des projets « écolos », tels que la mise en place d’un service de location de VAE. Autrement dit, ce système ne s’attaque pas aux pollueurs, il dore leur image. La gentille entreprise TOTAL finance des projets écolos qui ne profiteront pas au prolétariat ni à la misère qu’ils entretiennent dans d’autres pays.

    En attendant vos réflexions sur le sujet.

    Bonne soirée à tous !

    Simon

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Aller à la barre d’outils